Sauver des vies dans les montagnes afghanes

Tous les matins, la Dre Hajira fait sa tournée du service de maternité à l’hôpital de Faizabad, accompagnée d’autres médecins et professionnels en formation.

Tous les matins, la Dre Hajira fait sa tournée du service de maternité à l’hôpital de Faizabad, accompagnée d’autres médecins et professionnels en formation. Elle puise dans ses 30 ans d’expérience en obstétrique et gynécologie pour cerner et traiter les complications liées aux grossesses et aux accouchements.

En Afghanistan, on compte 396 décès maternels pour 100 000 naissances. Au Canada, on en compte 7.

« Les raisons pour lesquelles les mères meurent à l’accouchement sont les mêmes partout dans le monde : le manque d’installations adéquates », explique la Dre Hajira, qui a été la première femme médecin dans la province du Badakshan.

Dans leurs rondes, la Dre Hajira et son équipe rendent visite, un lit à la fois, aux patientes qui connaissent des complications en lien avec leur grossesse. Certaines sont à veille d’accoucher, d’autres ont déjà accouché, tandis que d’autres sont en pleine grossesse. Certaines sont envoyées à l’hôpital par des sages-femmes qui ont été formées dans ce centre hospitalier avant de retourner servir leur collectivité.

« Nous servons nos femmes 24 heures par jour, 7 jours par semaine. La mortalité maternelle a reculé dans les régions rurales de cette province. Nous prévoyons envoyer plus de médecins et de sages-femmes dans les districts afin de prévenir les décès dus à l’accouchement », ajoute la Dre Hajira.

Depuis 2005, le Réseau Aga Khan de développement a formé plus de 400 sages-femmes en Afghanistan, soit environ 10 % du total. Les sages-femmes jouent un rôle crucial dans la réduction de la mortalité maternelle, qui, en Afghanistan, est passée de 1 600 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2003 à 400 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2015.

Nous formons des professionnels de la santé, mettons à niveau des hôpitaux et des cliniques et travaillons avec des collectivités locales dans l’espoir d’améliorer les soins de santé pour plus de 1,2 million de femmes et d’enfants en Afghanistan.