Effets secondaires : Comment la COVID-19 met en péril les acquis en matière d’égalité des genres

Votre âge, votre lieu de résidence, votre race, votre origine ethnique et votre statut socioéconomique sont autant d'éléments qui influent sur la façon dont votre monde a changé depuis le début de la pandémie. Le genre ne fait pas exception à la règle.

par Lindsay Mossman, conseillère principale en matière d’égalité des genres

Le mot « pandémie » vient du grec pandēmos, qui signifie tous les peuples (pan) (dēmos). Mais si la COVID‑19 a eu un impact sur chaque habitant de la planète d’une manière ou d’une autre, les effets que nous ressentons tous ne sont pas égaux.

Votre âge, votre lieu de résidence, votre race, votre origine ethnique et votre statut socioéconomique sont autant d’éléments qui influent sur la façon dont votre monde a changé depuis le début de la pandémie. Le genre ne fait pas exception à la règle.

Il y a les mesures de base du virus, qui sont les plus évidentes : selon les premières données, les femmes représentent un peu plus de la moitié des cas de COVID-19 dans le monde, alors que les hommes sont plus susceptibles de mourir du virus.

Mais la pandémie affecte les femmes et les filles d’une manière qui n’est pas aussi évidente à première vue. En tant que conseillère en matière d’égalité des genres pour la Fondation Aga Khan Canada, je constate ces effets tous les jours.

Notre portefeuille de programmes investit dans toute une série d’objectifs de développement durable (ODD) en vue de promouvoir les éléments fondamentaux d’une vie saine et prospère : les soins de santé, l’éducation, l’accès durable à la nourriture, les opportunités économiques et le développement de la petite enfance. Je travaille avec mes collègues d’Afrique et d’Asie pour veiller à ce que tous ces programmes fassent également progresser l’égalité des genres, objectif 5 des ODD.

Si la COVID-19 a des effets dévastateurs dans le monde entier, son impact devrait être particulièrement grave dans les pays en développement où nous travaillons. Nos programmes, soutenus en partenariat avec le gouvernement du Canada, ont été adaptés pour y répondre.

Voici quelques domaines qui sont cruciaux pour une réponse efficace et équitable à la COVID-19 – que ce soit à l’étranger ou dans nos propres quartiers.

La pandémie fantôme

Le conseil de rester à la maison est nécessaire pour ralentir la propagation de la COVID-19, mais en même temps il peut accélérer une « pandémie fantôme » de violence domestique.

À l’échelle mondiale, on estime qu’un tiers des femmes et des filles ont subi des violences physiques ou sexuelles à un moment ou à un autre de leur vie, souvent aux mains d’un partenaire intime. L’isolement et le stress supplémentaire de la COVID-19 exacerbent la violence au sein du foyer. Depuis le début du confinement en mars, on a constaté une augmentation des cas de violence domestique dans des pays du monde entier, y compris aux États-Unis et au Canada. De plus, il est plus risqué que jamais de chercher de l’aide. Il est encore plus difficile qu’auparavant de trouver un endroit privé pour appeler une ligne d’urgence ou de quitter la maison pour aller chercher de l’aide dans un refuge.

Pour répondre à ce problème dans nos programmes à l’étranger, nous soutenons les travailleurs de la santé de première ligne non seulement en leur fournissant des équipements de protection individuelle (EPI) et des fournitures médicales, mais aussi en les formant à reconnaître les signes de violence sexuelle et sexiste et à y réagir, en utilisant une approche axée sur les survivantes. Nous soutenons également les ressources destinées aux femmes en situation de crise. Au Mozambique, par exemple, nous nous associons à des organisations de psychologie et d’aide juridique pour mettre une ligne d’assistance téléphonique à la disposition des femmes qui ont besoin d’aide.

Voici des façons de passer à l’action vous aussi :

  • Soutenez ou faites un don à un refuge local pour femmes ou à un réseau national de refuges pour femmes.
  • Soyez au courant du signal d’#appelalaide, développé pour aider les femmes en situation dangereuse à indiquer lors d’un appel vidéo qu’elles ont besoin d’aide. Pour en savoir plus sur ce signal et sur la façon d’y répondre, consultez la Fondation canadienne des femmes ou le Women’s Funding Network aux États-Unis.
Ilda Santos est instructrice à l’école d’infirmières de Pemba, au Mozambique. Elle y enseigne toute une gamme de sujets, notamment des cours sur la santé des femmes et des enfants. (Crédit photo : Rich Townsend / AKFC)

 

Soins à domicile et au travail

Qu’il s’agisse des travailleurs de la santé en première ligne, des enfants qui rentrent de l’école toute la journée ou des maisons de retraite qui luttent pour contenir le virus, la COVID-19 a mis les soins sous les projecteurs.

Les femmes représentent 70 % du personnel de santé mondial, principalement en tant que travailleuses de première ligne comme les infirmières. Cela signifie qu’elles sont plus exposées au virus : fin avril, les femmes représentaient environ 70 % des travailleurs de la santé infectés par le virus aux États-Unis, et un nombre similaire en Espagne et en Italie.

Les femmes travaillent également comme soignantes dans le secteur informel, par exemple en fournissant des soins à domicile aux personnes âgées. Les emplois dans le secteur informel – qui sont occupés en grande majorité par des femmes, même en dehors des rôles de soignants – offrent moins de sécurité et moins de protections comme l’assurance maladie ou les congés de maladie payés, ce qui expose ces travailleurs à des risques accrus.

Et dans les ménages, la tendance se poursuit. Dans le monde entier, les femmes consacrent en moyenne de deux à dix heures à des tâches de soins non rémunérées pour chaque heure passée par les hommes. Si l’on ajoute à cela les fermetures d’écoles et de garderies, la charge des soins et des tâches domestiques devient encore plus lourde pour les femmes, même dans les ménages en bonne santé.

Les enfants qui s’entraînent au piano en arrière-plan d’une conférence téléphonique ou qui se mettent la tête dans le cadre de la webcaméra sont devenus un moment de divertissement bienvenu dans de nombreux lieux de travail désormais virtuels. Mais dans de nombreux foyers, le manque de services de garde d’enfants signifie que les femmes qui travaillent encore sont soumises à une pression disproportionnée. Ce problème est particulièrement aigu pour celles qui ne peuvent pas travailler à la maison et qui doivent parfois réduire leurs heures de travail ou quitter leur emploi.

Pour relever ce défi, nos programmes à l’étranger veillent à ce que les femmes qui travaillent dans le secteur des soins, y compris celles qui sont en première ligne comme les bénévoles de la santé communautaire, aient accès à de l’EPI et à d’autres fournitures pour assurer leur sécurité, ainsi qu’à une aide pour la garde des enfants et le transport en toute sécurité.

Nous aidons également les femmes entrepreneures à adapter leurs entreprises pour continuer de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles pendant la pandémie. Par exemple, en Afghanistan, des femmes propriétaires d’une entreprise de couture ont commencé à fabriquer et à vendre des masques faciaux.

Vous pouvez agir :

  • À la maison : Si vous vivez dans un ménage avec d’autres adultes (ou des enfants assez âgés pour faire des tâches ménagères), faites un « audit de temps». Créez une feuille de calcul simple et suivez votre temps par tranches de 15 minutes pour une journée ou une semaine. Comparez l’allocation de chaque personne en fonction de ses revenus, de ses tâches ménagères et domestiques et de ses loisirs. Si vous constatez des inégalités, cherchez des possibilités d’équilibrer la charge.
  • Sur le lieu de travail : Mettez en œuvre des politiques et des pratiques visant à atténuer les priorités concurrentes au travail et à la maison. ONU Femmes, l’UNICEF et l’Organisation internationale du travail ont publié une série de recommandations à l’intention des employeurs.
Gul Mahoor (en blanc) prend un repas avec sa famille, chez elle à Nasirabad, au Pakistan. Elle gère un fonds de santé qui aide les membres de sa communauté, souvent des femmes, à s’offrir des services de santé essentiels en temps de crise. (Crédit photo : Danial Shah / AKFC)

 

Le leadership au féminin

Dans le monde entier, les femmes sont des membres actifs de leurs communautés. Cependant, aux plus hauts niveaux où les politiques et les décisions sont prises, leur voix est étonnamment absente. Alors que les femmes constituent la majorité du personnel de santé mondial, en particulier en première ligne, elles sont sous-représentées dans les équipes de direction et de gestion. En Italie et dans d’autres pays, les femmes qui travaillent dans le secteur de la santé ont dénoncé leur manque de participation aux processus décisionnels concernant les réponses à la COVID-19.

Lorsque les femmes ne sont pas à la table des décisions, leurs expériences et leurs points de vue ne sont pas pris en compte dans le processus. Cela peut conduire à des négligences majeures dans la conception de réponses efficaces et durables qui répondent aux besoins de chacun.

(En tant que fière Canadienne, je dois souligner que la moitié des médecins-chefs et des responsables de la santé publique des provinces et du pays sont des femmes, y compris la médecin-chef de l’ensemble du pays. Mais le Canada a encore un long chemin à parcourir en matière d’égalité dans les postes de direction, comme le reste du monde.)

Nous pouvons faire des progrès. En Ouganda, notre réponse à la COVID-19 comprend des partenariats avec des organisations locales de femmes, qui représentent et travaillent avec les femmes dans leurs communautés. Nous leur fournissons un financement pour qu’elles puissent développer et mettre en œuvre des initiatives adaptées à leurs besoins.

Vous pouvez agir :

  • Peu importe que vous dirigiez une intervention en cas de pandémie, que vous gériez une équipe ou que vous formiez un comité de quartier : veillez à ce que les femmes (en particulier celles issues de milieux divers) soient présentes à la table des négociations et que leurs points de vue soient entendus et pris en compte.
  • Faites un don à une organisation locale ou nationale qui promeut le leadership des femmes.

Qu’il s’agisse de la maison, du lieu de travail ou des salles où sont élaborées les lois et les politiques, l’inégalité n’est pas un phénomène nouveau. La COVID-19 nous oblige simplement à affronter ces inégalités de manière nouvelle et plus visible.

Et bien sûr, il ne s’agit pas seulement des femmes et des filles.

Tous les groupes qui étaient marginalisés dans le passé – les femmes et les filles, oui, mais aussi les communautés racialisées, les personnes handicapées, les travailleurs à bas salaire et les personnes âgées – sont maintenant confrontés à des tensions et des défis encore plus importants lorsqu’il s’agit de faire face à la pandémie et de s’en remettre.

Dans tous les domaines de notre vie, nous changeons nos habitudes et adoptons de nouvelles façons de faire des affaires. En parlant de l’avenir, nous entendons sans cesse des prédictions sur la « nouvelle normalité » et sur ce à quoi elle ressemblera. C’est l’occasion d’examiner les structures qui nous entourent et de les modifier au profit de tous.

Lindsay Mossman est la conseillère principale en matière d’égalité des genres pour la Fondation Aga Khan Canada. À l’échelle mondiale, la Fondation Aga Khan est l’une des parties prenantes fondatrices d’IMPACT 2030. En savoir plus sur la Fondation Aga Khan Canada et sur la réponse de la Fondation au coronavirus dans le monde.

 

Soutien financiere :