Ce que nous faisons

Près de la moitié de la population mondiale, soit plus de 3,5 milliards de personnes, vit avec moins de 2,50 dollars par jour. Plus de 700 milliards de personnes vivent dans l’extrême pauvreté (moins de 1,90 dollar par jour), la plupart en Afrique et en Asie.

La Fondation Aga Khan Canada s’attaque aux racines de la pauvreté au moyen d’un ensemble de programmes holistiques interreliés. Ces initiatives, qui ciblent notamment les groupes marginalisés comme les femmes et les filles, répondent aux besoins les plus urgents de la population et permettent aux gens de réaliser leur plein potentiel.

Nos programmes visent à garantir l’accès à une éducation et à des soins de santé de qualité, à assurer la sécurité alimentaire, à améliorer le bien-être économique et à développer des collectivités et des sociétés résilientes.

Regarder au-delà de la crise : Khalil Z. Shariff sur le choix de la résilience

« Tout comme la crise est un fait de l’histoire humaine, il en va de même de la résilience, de

De tout cœur : Briser les barrières

«Quand j’étais enceinte, je travaillais à plein temps, même jusqu’au neuvième mois… Mon mari m’a encouragée. Il m’aide beaucoup. » Razia est

L’étincelle d’un avenir meilleur

De tout cœur : Au-delà de la clinique

« Une maladie n’est qu’une condition médicale. Ce qui fait la différence, c’est la rapidité avec laquelle vous pouvez accéder aux

De tout cœur : Les bénévoles

« Après être devenue bénévole en santé communautaire, j’ai voulu utiliser cette information pour sauver la vie des femmes, ainsi que

De tout cœur : Mener la charge

« Même pendant la guerre, les gens n’approuvaient pas que les filles aillent à l’école, surtout à l’école de sciences infirmières.

De tout cœur : Fondements

« C’est le plus grand hôpital de la région. En fait, c’est l’hôpital du sous-comté, ce qui signifie qu’il reçoit des recommandations

De tout cœur : La première femme

« Je voulais devenir médecin pour servir les gens. Je n’avais pas d’autre but que de sauver les gens et de

De tout cœur : Le père de famille

« Elles avaient l’habitude d’accoucher à la maison, et c’est tout. Mais moi, j’emmène ma femme à l’hôpital. » David et sa